Festival Feminin   FESTIVAL ALGERIE

Le Mot de la Commissaire du Festival - Mme Hamida Agsous

Le tissage
La création féminine en Algérie concerne absolument tous les domaines d’expression artistique.
Les algériennes ne se contentent plus de s’exprimer dans les arts liés à la tradition uniquement, tels que la broderie, la tapisserie, la poterie, le tissage, la cuisine etc.….Elles ont investi les domaines autrefois réservés aux hommes que sont la peinture, la céramique, la mosaïque, la calligraphie, la sculpture, le travail du bois, des métaux précieux, du verre, du corail etc.…

Si bien que la fabrication d’ objets en fer forgé,  ou en cuivre ciselé, de bijoux en argent ou corail, de meubles en bois incrusté de nacre, et beaucoup d’autres choses encore n’ont plus de secrets pour elles.
 Elles  les marquent de leur sensibilité et de leur imagination et leur donnent la touche féminine qui  fait de ces objets, parfois futiles mais si nécessaires à l’âme, des « choses » singulières et indispensables à la vie.

Le festival de la création féminine, dans sa première édition, édition pour laquelle son excellence, Monsieur Abdelaziz BOUTEFLIKA, Président de la République, a bien voulu   nous faire l’honneur de nous accorder son haut patronage, ne pouvait donc prendre en charge tous ces aspects de l’art auxquels s’adonnent les algériennes et dans lesquels elles ont depuis plusieurs années acquis une  habileté certaine, sans pour autant accéder à la notoriété.

Le  comité a donc longuement discuté et débattu avant de trouver  un thème artistique aux ramifications suffisamment larges pour toucher à plusieurs expressions artistiques.  Et  à l’’unanimité nous avons opté pour le tissage.

Pourquoi ce choix ?

C’est d’abord l’une des techniques les plus anciennes au  monde. Elle est aussi vieille que l’humanité.
 Au Maghreb en général et en Algérie en particulier, les témoignages des historiens attestent de l’existence de cette expression artistique très tôt dans le passé.
L’art de tisser la laine d’abord, mais aussi le poil de chèvre et de chameau pour confectionner les objets d’usage quotidien a été complété par l’utilisation de matières végétales.
Cet art appartient au monde de la femme à qui revenait traditionnellement le soin et le confort de l’habitat.
Bien sur, la préparation de la matière animale ou végétale est du ressort de l’homme. C’est lui qui s’occupe de la tonte des animaux, de la cueillette de l’alfa et de la teinture de la matière… Mais c’est la femme qui carde et peigne la laine, qui la file et qui la tisse pour la transformer en objets indispensables à la vie de tous les jours : tapis épais et confortables, tentures, coussins, nattes, vêtements, sacs pour le grain, ceintures de cavaliers, brides pour les chameaux, châles féminins, burnous,  djellabas bien chaudes,  flidj, draga pour la tente ou la maison… sont autant d’objets que les femmes tissaient avec art dans un foisonnement de couleurs et de motifs variés.

L’art du tissage était  devenu et demeure encore de nos jours,  un moyen d’expression pour la femme, un langage  qui lui permet de dire son quotidien, et de se dire aux autres, à travers les signes géométriques, les motifs  floraux ou symboliques et les couleurs.

Comme dans tout moyen d’expression, ce langage obéit à un code, à un système de règles cohérentes et liées les unes aux autres pour « signifier » le vécu de la tisseuse.
Et ce sont ces  signes ou « reguems,  utilisés dans le tissage des tapis, que l’on retrouve dans  les autres formes d’art tels que la poterie du nord et du sud du pays,  ou encore les tatouages  ou « aouchems » qui de tout temps ont rehaussé la beauté des visages et des mains des femmes.

Aujourd’hui, les peintres, les céramistes, les designers et d’autres artistes encore,  ont intégré ces motifs et ces signes  dans leurs œuvres comme autant de symboles et de marques culturelles et patrimoniales de notre art maghrébin en général et algérien en particulier.

En conclusion , on peut donc dire que  c’est en raison de cette ramification des « signes » décoratifs et ornementaux figurant dans la poterie, la céramique et beaucoup d’autres supports d’expressions artistiques, qui fait du Tissage  un thème « fédérateur », que nous avons voulu retenir  ce thème pour la première édition du Festival National de la Création Féminine.

  Festival feminin algerie


Le Mot de la Ministre de la Culture >
Le Mot de la Commissaire du festival >
Le Comité >
Le Programme >
Les Partenaires et Sponsors >
Contact >
Retour à l'Accueil >
 
femme algerie
الموقع باللغة العربية Accueil | Contact | Plan du Site | Mentions Légales  
Copyright © 2010 Festival National de la création Féminine - Tous droits Réservés
Développé par bsa Développement
 
 
 
festival algerie feminin festival feminin